Bienvenue sur le site du Touquet : Paris - plage

15décembre 2017

Exposition Bernard PRAS, Sans objet

Depuis le 2 décembre, le Musée du Touquet-Paris-Plage consacre une exposition à Bernard Pras, artiste de renommée internationale au langage pictural étonnant. A mi-chemin entre la peinture et la sculpture il assemble des objets hétéroclites dont la prise de vue (à travers un objectif ou une lentille) révèle un processus de création adopté comme fil rouge depuis 1997. Autour de quinze oeuvres choisies par l’artiste, découvrez une démarche singulière à travers laquelle il nous offre un regard personnel sur l’homme et la société.

L’exposition investit une partie du musée avec un ensemble de photographies et installations particulièrement représentatives de son travail. A travers cette sélection le visiteur perçoit la façon dont le peintre joue avec de multiples objets de notre quotidien auxquels il offre une seconde vie. Il matérialise des sujets iconographiques issus de l’histoire de l’art ou de la société contemporaine. En les assemblant d’une manière qui peut paraître arbitraire, Bernard Pras organise un apparent chaos pour réaliser un portrait du célèbre Salvador Dalí ou de la non moins-connue Catwoman, pour ne citer que ces exemples. Il imagine, collecte, assemble, photographie, déplace, etc., l’installation ne devenant oeuvre qu’une fois les objets figés par la prise de vue finale.

Du portrait aux chefs-d’oeuvre en passant par le cinéma ou le paysage, cette exposition invite à percevoir un double langage des objets qui nous entourent : l’objet pour ce qu’il est, et son rapport avec l’image que nous renvoie le montage une fois achevé.


Un mot sur l’artiste
Bernard Pras découvre la peinture à l’âge de 15 ans et ne s’en éloigne plus, puisqu’à travers ses anamorphoses c’est toujours comme peintre qu’il se définit aujourd’hui. Au fil des années et de ses recherches picturales, sa pratique de la peinture évolue comme une continuité logique plutôt qu’un changement radical. L’artiste change de palette et remplace les pinceaux par les objets, mais toujours avec ce même regard de peintre. Sa collecte des objets est étroitement liée au sujet et inversement, le choix pouvant répondre à des exigences parfois formelles, parfois symboliques.
Plus que d’emplir la toile blanche, ce sont les « espaces vides » d’un tableau qui l’intéressent, dans ce qu’ils laissent de place à l’imaginaire, que ce soit celui de l’artiste ou du spectateur. Bernard Pras, joue avec cet espace pour construire l’illusion d’une image, donnant à voir une oeuvre poétique qui interroge également sur le besoin d’accumulation matérielle.

Toutes les actualités