Bienvenue sur le site du Touquet : Paris - plage

Bars et restaurants de plage

 Imprimer la page

 

Les bars et restaurants de plage en 15 questions

1.    Pourquoi ce projet ?
 Deux raisons ont motivé ce projet :
• Il fallait franchir une nouvelle étape dans la reconquête du front de mer qui doit devenir un véritable atout pour le Touquet. En plus de la végétalisation qui doit se renforcer, de la création de deux places supplémentaires (en complément de la Place du Centenaire) et des animations de plus en plus nombreuses. On ne doit plus entendre qu'au Touquet, on ne peut pas manger ou prendre un verre sur la plage.
• Il fallait également nous mettre en règle, en particulier avec le décret plage et la réglementation sur la restauration et mettre fin à une concurrence déloyale avec les acteurs du centre-ville.

 2. Comment ce projet a-t-il été préparé ?
 Par délibérations du 13 avril et 22 juin 2015, le Conseil Municipal a approuvé le lancement de la procédure ouverte de délégation de service public pour l'attribution des lots de plage. La ville s'est attachée les compétences d'une assistance à maîtrise d'ouvrage pour le pilotage de la mission de service public en la personne d'un ingénieur conseil et spécialiste de ces aménagements,  M. PISSARELLO et de l’architecte de renom Richard Klein.
 6 réunions ont eu lieu pour la mise au point du cahier des charges (4 juin, 10 juin, 30 juin, 22 juillet, 19 août et 30 septembre)
Le comité de pilotage a réuni les élus toutes tendances confondues : Mmes et MM. Lilyane Lussignol, Karine Le Bourlier, Pierre Bellanger, Hugues Demay-Debève, Jacques Coyot, Michel Palmaert, Léonce Michel Deprez, Jean-Philippe Bataille.

3.Etait-il possible d’associer les acteurs de la plage ?
 La délégation de service public répond aux règles très strictes de marché public : on ne peut associer à un projet des personnes qui sont actuellement délégataires des lots et donc susceptibles de répondre à l’appel d’offres, ce qui créerait forcément des contentieux par rapport à d’autres candidats potentiels qui pourraient parler alors de favoritisme. Ce qui est bien évidemment contraire aux règles de marché public.

4.Quelle a été la démarche suivie par l’architecte pour proposer ces bars et restaurants de plage ?
 Richard Klein s’est inspiré de ce qui se fait de mieux aujourd’hui dans les plus grandes stations touristiques. Il a souhaité également respecter la double identité du Touquet :
 - les cabines de plage, uniques en leur genre avec leur polychromie,
- les matériaux naturels.
Il a opté pour une structure métallique particulièrement solide habillée de lames de bois qui laisseront passer la couleur, chaque bar et restaurant ayant la sienne en lien avec les cabines de plage. Ces bars et restaurants disposeront d’une terrasse de 150 à 75 m2 avec pergola. Ils seront dotés de sanitaires pour les points de restauration.

 5. Comment a réagi l’architecte des bâtiments de France à ce projet ?
 L’architecte des bâtiments de France a émis un avis favorable au projet le 1er septembre 2015.

 6. La partie supérieure n’est-elle pas gênante ?
A la différence du bas, elle sera, à la suite de la réunion publique retravaillée pour devenir à claire-voie afin de laisser  passer la lumière naturelle le jour et une lumière tamisée le soir. Ces bars et restaurants offriront les points de repères qui nous manquent aujourd'hui sur la plage.

 7. Combien cela va-t-il coûter à la ville et aux contribuables ?
 Rien du tout puisque l’investissement de la ville sera entièrement couvert par la redevance demandée aux futurs titulaires des lots. Ont également été prises en compte l’installation, le démontage, la mise en place des réseaux d’assainissement, d’électricité et de téléphone ainsi que la redevance que paye la ville à l’Etat (puisqu’on est sur le domaine maritime).
 Ce projet ne coûte donc rien à la ville ni aux contribuables.

 8. Comment a été calculé le prix de location et n’est-ce pas excessif ?
 L’investissement total a été calculé par lots pour les 6 années (en prenant en compte leur importance). Ce montant a ensuite été divisé par 6 pour établir la redevance annuelle.
Le prix de la location n’est nullement excessif  puisque les exploitants disposeront de superficie allant de 700 à 1000 m2 sur ce site privilégié qu’est celui de la plage pour pouvoir travailler et amortir les frais de location. La solution choisie est d'ailleurs la moins coûteuse pour la ville. Car reconstruire les endroits existants eut été beaucoup plus compliqué et onéreux. Par ailleurs, les candidats retenus n'auront pas à investir mais seulement à payer le loyer ce qui fait que cette activité est ouverte à tous, l’essentiel étant de convaincre par un projet de qualité.

 9. Avez-vous pris en compte le phénomène des marées ?
 Le phénomène des marées a bien évidemment été pris en compte. Nos services ont travaillé à partir de mesures précises du niveau de la plage. Les bars et restaurants seront attachés à des plots de bétons. Leur poids (entre 2 et 4 tonnes) les protège également. Quant au lot qui se trouve au sud, il sera surélevé de 50 cm. En cas de marée très importante, il sera sécurisé par un cordon réalisé par les services techniques. Dans le pire des cas, les restaurants de plage menacés par une tempête très exceptionnelle pourront être retiré et mis en sécurité, ce qui n'arrivera pas mais qui a, malgré tout était prévu.

 10. Comment allez-vous assurer la sécurité ?
 Les restaurants et bars de plages seront éclairés la nuit. Des caméras de vidéoprotection seront installées et l’équipe de surveillance sera renforcée. Ces charges ont été prises en compte dans le coût total.

 11. Combien de dossiers ont-ils été retirés ?
 41 dossiers ont été retirés à ce jour.

 12. Sur quels critères allez-vous choisir ?

 Le cahier des charges prévoit que les futurs exploitants seront choisis sur la qualité du projet d’exploitation, la qualité des services et prestations proposés, sur le projet d’aménagement et d’équipement du lot, sur la viabilité du dossier financier, sur l’aptitude du candidat à exécuter les services et prestations prévus au contrat, sur les tarifs de service public.

 13. Le prix des prestations proposées sera-t-il plus élevé ?
 La Ville sera attentive aux prix pratiqués. Le conseil municipal aura ainsi à se prononcer sur les tarifs de base figurant sur la carte du futur exploitant  tels que la location des transats, de parasols, de matelas, des boissons et plats.

 14. Quelles retombées pour la Ville ?
 Ces restaurants et bars de plage vont contribuer à renforcer l’attractivité de la plage et de la station, conforter les emplois existants et contribuer à en créer des nouveaux. La reconquête du front de mer, ce sont plus de visiteurs, de touristes et donc également plus de de recettes indirectes pour notre station (taxe de séjour...).

 15. Ce projet remet-il en cause le futur restaurant de plage ?
 Il ne s’agit pas du tout des mêmes projets et le futur restaurant trouvera toute sa place sur la plage : il s’agira d’un vrai restaurant gastronomique que nous souhaitons dédié aux produits de la mer et qui pourrait s'appeler la "piscine" en hommage à ce magnifique équipement malheureusement détruit à cet endroit.